Start-up pour la QVT : Sonder pour Motiver ?

Le célèbre institut de sondage en entreprise Gallup précise qu’au niveau mondial en 2019-20, seul 13% des collaborateurs sont pleinement engagés dans leur entreprise. En France, ce pourcentage tombe même à 9%. Des chiffres inquiétants lorsque l’on sait qu’un collaborateur motivé dans son travail est bien plus productif, innovant… qu’un employé dont la motivation est en berne. 

Concernant les start-up, la situation n’est pas formidable non plus… Il ne suffit pas de proposer un ping-pong, un babyfoot ou du coca à volonté pour que les collaborateurs puissent s’épanouir dans une entreprise. Autre mode, le CHO (Chief Happiness Officer), qui consiste à désigner un cadre pour veiller au bien-être/bonheur! des collaborateurs. Atout indispensable pour certains, cette fonction est loin de faire l’unanimité en entreprise. Dans ce contexte, que faut-il faire pour préserver la motivation des collaborateurs ? une start-up française: Supermood propose un outil digital de sondage déjà adopté par de grandes entreprises françaises.

la suite d’un article paru sur  www.frenchweb.fr/ :

Des sondages anonymes pour identifier les forces et les faiblesses de l’entreprise 

Lancée en 2015 par Kevin Bourgeois et Robin Nicollet, cette jeune pousse a conçu une solution qui permet de sonder régulièrement les collaborateurs de l’entreprise pour améliorer leurs conditions de travail ainsi que leur productivité. Pour ce faire, la start-up envoie toutes les semaines des sondages anonymes aux salariés d’une entreprise avec un objectif : détecter les points faibles et les points forts de la société en temps réel. En collectant ces données, la plateforme est ainsi en mesure d’identifier les besoins des collaborateurs et de les transmettre aux dirigeants pour mettre en place des actions destinées à améliorer leur engagement et leur bien-être au sein de l’entreprise.

A ce jour, Supermood revendique une centaine d’entreprises clientes, dont Total, SNCF, EDF, Engie ou encore Orange, représentant 100 000 collaborateurs. Il y a un an, la start-up a bouclé un tour de table de 2,5 millions d’euros pour s’étendre en Europe, où la société ambitionne de «révolutionner le bien-être au travail». Après un déploiement dans les pays limitrophes de la France dans un premier temps, la société ambitionne de conquérir le marché américain ou asiatique. Pour l’heure, 80% du chiffre d’affaires de l’entreprise provient de l’Hexagone. Sur ce marché, de nombreux acteurs se sont positionnés dans le monde entier. Parmi eux, on retrouve notamment le Français ZestMeUp, le Danois Peakon ou encore l’Australien Culture Amp.

Posted in Les Fondamentaux de la motivation et de l'engagement, Mieux-être au travail - QVT and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *